Sagesse avec les Warrior Women

Les quatre heures de route de l’aéroport d’Edmonton à Jasper nous ont permis d’avoir un premier aperçu de l’ampleur de l’aventure qui nous attendait. Les paysages de fermes et de prairies qui nous accueillaient se sont mis à changer près de Hinton, en Alberta. C’est là que les montagnes Rocheuses commencent à poindre. Au fur et à mesure que le terrain devenait accidenté, apercevoir des orignaux, des wapitis, des mouflons d’Amérique, des ours et des loups devenait une possibilité.

Après s’être enregistrés au Fairmont Jasper Park, nous sommes allés souper au Hearthstone Lounge au Forest Park Hotel. Ensuite, il était temps de s’installer pour une soirée au coin du feu avec les Warrior Women.

Au rythme des tambours, chants et contes, Matricia Brown nous apprend des expressions en cri et parle des enjeux autochtones contemporains. Un croisement entre une séance « Demandez-moi n’importe quoi » et une soirée chaleureuse et spirituelle, la causerie au coin du feu s’est avérée être une occasion unique de laisser tomber mes défenses et d’en apprendre davantage sur la réconciliation de la perspective sage et modérée de Matricia.

Aventures en montagne

La deuxième journée a débuté par la première de deux aventures avec Joe Urie, guide métis de Jasper Tour Company. Joe a une histoire si unique et riche à raconter que le meilleur moyen de s’en imprégner est de parcourir le territoire. Lors de l’Aventure dans la vallée de la Maligne, Joe emmène les visiteurs en randonnée hors de la vallée de l’Athabasca jusqu’à la sous-vallée de la Maligne. En cours de route, Joe partage ce qu’il a appris sur les voix des montagnes, des rivières, des plantes et des animaux ainsi que ses profondes réflexions sur des enjeux autochtones plus larges.

Plus tard dans la journée, après un repas du midi tranquille et l’occasion d’explorer et de magasiner à Jasper, il était temps de repartir avec Jasper Tour Company pour un combo marche/voiture lors d’une aventure nature. Cette visite d’interprétation offre la possibilité de repérer des ours, des wapitis, des coyotes, des moutons, des loups et des orignaux. À chaque observation (ou à un poste d’observation fréquenté par la faune), Joe nous apprend davantage sur les animaux, l’écosystème des montagnes qui les protège et leur lien avec les cultures autochtones.

À la rencontre des Métis

Le troisième jour, après un trajet de cinq heures à travers les montagnes et les plaines, nous nous sommes rendus à Metis Crossing, un centre culturel sur les rives de la rivière Saskatchewan Nord. Après un copieux repas du midi au centre de rassemblement, nous avons rencontré Lilyrose Meyers, une gardienne du savoir métis, qui enseigne sur les Métis et leur lien étroit avec le territoire à travers des chansons et des histoires. Nous avons emprunté un sentier riverain à la découverte des plantes traditionnelles. Elle nous a montré comment les identifier et expliqué comment les Métis les utilisaient. À la fin de la visite, nous sommes retournés au centre pour nous essayer à de l’artisanat traditionnel. 

Par la suite, nous nous sommes dirigés vers Pine Creek Stopping House and Retreat avec Clayton Didier avant de retourner souper au centre de rassemblement. Alors qu’il faisait nuit et que je m’installais dans ma chambre du nouveau pavillon-boutique de 40 chambres conçu par l’architecte métisse Tiffany Shaw-Collinge, on m’a dit de garder un œil sur le ciel nocturne, car l’obscurité de la région est idéale pour l’observation des étoiles et même des aurores boréales.

Rêves de bison

Nous avons entamé la quatrième journée avec un petit-déjeuner tranquille dans le bistro au bord de la rivière avant de partir pour une visite de The Visions, Hopes and Dreams at Métis Crossing Wildlife Park. Le parc a vu le jour grâce à un partenariat unique entre Metis Crossing et un voisin non autochtone nommé Len Hrehorets. Cette collaboration a permis le retour des bisons des plaines sur leur terrain de prédilection traditionnel. En plus d’avoir eu l’occasion de voir de près de rares bisons blancs, des wapitis et des chevaux percherons traditionnels, notre visite du parc m’a appris le lien entre la culture métisse et « les bufloo » (bison en michif) ainsi que l’importance des animaux aux écosystèmes des prairies.

Après un repas du midi incluant de la limonade aux amélanches et des burgers de bison, nous sommes retournés à Edmonton pour souper au Pei Pei Chei Ow, une entreprise alimentaire et éducative basée à Amiskwacîwâskahikan sur le territoire du Traité 6, et dirigée par le chef cri mushkego Scott Iserhoff. Au menu du souper, plats traditionnels et histoires personnelles, ce qui a rendu l’expérience culinaire intime, significative et exquise, de quoi conclure en beauté notre aventure.

Après le souper, nous nous sommes rendus au River Cree Resort and Casino pour une soirée relaxante et se remémorer les jours précédents.

Jour 5

Départ de YEG (2 vols sans escale vers YUL – 6h00 et 12h15)

Diane Selkirk

Diane Selkirk est une journaliste touristique de Vancouver, en Colombie-Britannique, qui désire aller au-delà de la liste des choses à faire et raconter des histoires significatives sur l'âme d'un lieu. Parmi ses reportages favoris, on retrouve des sujets où la science, l'histoire, le développement durable ou la justice sociale se mêlent au voyage. Ses écrits et ses photographies pour des publications telles que BBC Travel, National Geographic Travel, The Smithsonian et The Globe and Mail ont été couronnés de nombreux prix.